Politique d’immigration et d’intégration

Tout homme persécuté en raison de son action en faveur de la liberté a droit d’asile sur les territoires de la République. Préambule de la Constitution de 1946, adossé à la Constitution du 4 octobre 1958.

Aider les réfugiés, les migrants en situation régulière à trouver du travail ou à créer leur propre entreprise.

Immigration : Afin de mieux réguler et maitriser le flux migratoire, on proposerait une immigration choisie. Les maires, les représentants de régions et du tissu économique régional détermineront les besoins et les profils des catégories d’immigration admissibles. Un vote à l’Assemblée Nationale sera organisé tous les deux ans pour valider ce besoin. Une application informatique sera lancée traduisant les niveaux d’accueil accordés ainsi que le profil demandé. Cette application sera ouverte aux postulants, le système sélectionnera par algorithme le profil recherché.

Les talents étrangers : Faciliter l’obtention du visa pour les talents étrangers.

Contrôle de nos frontières : en marge de la concrétisation du chantier de l’Europe Fédérale, on instaurerait le contrôle à nos frontières.

Obtention de la Nationalité Française : pas automatique, elle ne pourra être attribuée que sous conditions (demande motivée, sept ans de présence dans le pays, maîtrise de la langue française, test de connaissances de la constitution française ainsi que de l’histoire de France. Un test de citoyenneté sera obligatoire. Lors de la naturalisation, chaque nouveau citoyen ou citoyenne recevra un livret récapitulatif de ses droits et obligations envers son pays.

 

Politique d’intégration :

Rappeler que la France est un pays laïc.

Rappeler l’exigence de mixité dans les lieux publics

Réglementer les lieux de culte, exiger des imams (prêcheurs) une formation obligatoire sur la constitution française.

Rappeler qu’il est inacceptable que toute une partie de nos enfants soit discriminée à cause de la couleur de leur peau ou de leur origine sociale.